« Ich bin ein Pingouin » ! A propos du livre « Les pingouins de Sinandaz » de Georges Bogey

Enfin une nouvelle qui soit bonne ! Georges Bogey, après un détour humaniste aux lointaines Philippines, revient sur ses terres, lovées en Haute-Savoie, pour nous livrer une histoire altruiste à dormir debout. Une fable sur l’indispensable ouverture au monde pour vivre debout, comme de bons fous et pour refuser de vivre à genoux. Un recours au local pour mieux appréhender le global.

Et même si le doux nom de Sinandaz sonne comme celui d’une cité perdue mais inévitablement magique d’Asie centrale, cette nouvelle décrit la bataille jamais interrompue qui oppose deux camps qu’on imagine un peu trop vite inconciliables à tout jamais : les Allumés et les Blafards, les premiers réinventent le monde en permanence pour tenter de le rendre plus vivable tandis que les seconds s’échinent à le transformer durable et terrible boucherie où l’animalité primerait sur l’humanité.

Les empêcheurs de tourner en rond, ici deux malins pingouins – Ipso & Facto –,  échoués on ne sait comment au cœur des Aravis, eux qui sont pourtant loin d’être manchots, réinsufflent du bon cœur mais aussi du doute salvateur dans l’esprit de la communauté rurale. De quoi effrayer tous les Blafards vautrés dans leurs confortables certitudes, et soudain bousculés par deux étranges volatiles marins, endimanchés (cravatés comme des pingouins) et étrangers de surcroît.

Car, si le lieu est franchement savoyard, et que les Allumés et les Blafards ensemble peuplent ou plutôt partagent le même territoire, il demeure que les premiers nomment le divin (mille) lieu sur la Terre « le village » et les seconds « la station ». Si les Blafards sont en effet des commerçants dans l’âme, les Allumés sont pour leur part les gardiens de l’âme du village. Les gardiens aussi de l’esprit du temps qui passe contre le temps qui défile aussi vite que d’autres filent sur les pistes de ski… Car le tourisme et le sport sont les nerfs de la guerre.

Certes, et Ipso & facto sont ici les invités qui nous le rappellent à chaque tour de piste et au détour de chaque page, il n’est jamais évident de faire se rencontrer – en pensées, en actions, et même autour d’un verre de pinard et d’un reblochon – des poètes et des épiciers, des illuminés et des coincés, des flâneurs et des gagneurs, des hôtes et des touristes, des littérateurs et des économistes…

On l’aura compris, amie lectrice et ami lecteur, ce n’est pas ici que vous allez découvrir le récit fantastique dans tous les sens du terme de la pétillante collégienne Kypris. Sans elle pas de pingouins et inversement. Les pingouins de Sinandaz, c’est également un peu La politique expliquée aux nuls… pour essayer de changer le cours des choses, réveiller les consciences et donner un peu d’espoir à celles et ceux, petits et grands, qui n’ont jamais cessé de rêver, ni même de gambader ou de gamberger.

Nos deux amis pingouins dévoilent un monde enfoui, nié, replié, oublié, à l’image de La Hyène, cet incompris qui finalement sortira des bois, ou de Tarik, lui aussi un « étrange étranger », venu spécialement dans le coin pour rechercher ses deux compagnons de route palmipèdes… Enfin, Kypris, adolescente au fort potentiel qui, grâce à la fréquentation aussi affective qu’assidue d’Ipso & Facto, mais aussi de celle des livres et de la curiosité, grandit dans le meilleur sens qui soit ! Celui de la décence. Alors, lorsque Kypris décrit ses vacances pour les besoins d’un devoir scolaire, elle lâche : « Sur les vagues veloutées du ciel, portées par un vent ample et généreux, des visiteurs sont venus qui ont fait bouger nos regards sur les choses. Sans un seul mot, ils nous ont dit le monde et, ipso facto, le monde nous l’avons compris autrement ».

Il fallait ce voyage imprévu de deux pingouins en Haute-Savoie pour comprendre tous les bienfaits de l’altérité, et il fallait le regard perspicace de Kypris pour nous indiquer la voie d’une sagesse universelle qui n’a pas d’âge. C’est là l’une des différences notoires entre une belle sagesse et un bon whisky. Mais ne nous égarons pas. La rencontre avec les autres restera fidèlement le meilleur antidote contre tous ceux qui sèment la mort parce qu’ils ont oublié comment s’aimer. L’amour a partie liée avec la mort lorsque la première n’a plus lieu d’être.

Les mots ont un sens, ce que Kypris – joliment épaulée par Georges Bogey au meilleur de sa forme – semble avoir bien compris. Contrairement aux oiseaux de malheur – si éloignés de nos sympathiques figures de pingouins – pour qui le monde n’est que dérèglement des sens dans un mauvais sens qui n’a plus rien de rimbaldien. Georges Bogey, lui, poursuit sa bienheureuse quête de mots, d’abord pour juguler l’avis du peuple mal avisé qui peuple les Aravis, ensuite pour contribuer à recomposer le puzzle de la vie de tous ceux qui méditent autour des belles leçons des philosophes pingouins. Les Allumés finiront un jour, c’est dit si ce n’est pas déjà écrit, par prendre le dessus sur les Blafards. Ce jour se fait attendre, mais d’aucuns vendront la mèche et le temps du cafard aura vécu.

Si, au tout début des années soixante, Kennedy avait fait un saut dans les Aravis avant de se rendre aux abords du mur de Berlin dont la lugubre construction venait tout juste de s’achever, il se serait sans doute écrié : « Ich bin ein Pingouin ». Le sort de Berlin en aurait sans doute été changé !

Demain, le désormais célèbre couple de pingouins des Aravis – même rapatrié dans des contrées plus hostiles et glacées – pourrait bien concurrencer la mal entendue colombe de la Paix ! Cette dernière trône et rôde mais elle ne fait plus que sourire salement ceux qui violent son message. Un prix Nobel de la meilleure plume pourrait aussi voir le jour… Voilà ! Sans surprise, la nouvelle ici simplement évoquée ne vous aura pas été dévoilée, à vous d’y plonger tête baissée, de la trouver et d’essayer de constamment la rendre meilleure. Si toutefois vous la dénichez en si bon chemin. Une bonne nouvelle, par les temps qui courent, n’arrive pas tellement souvent…

F. M.

Novembre 2013

« Les pingouins de Sinandaz » de Georges Bogey. Paru aux éditions Livres du monde, octobre 2013. Lire les deux premiers chapitres, ici.

Lire les chroniques de « La bibliothèque voyageuse » de Georges Bogey sur le site de « La croisée des routes », ici

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s