Archives pour la catégorie tourisme

Tourisme et lutte contre la pauvreté : lire la revue en ligne « Etudes Caribéennes », n°24-25

Etudes Caribéennes, n°24-25
« Tourisme et lutte contre la pauvreté: approche théorique et études de cas »
Université des Antilles et de la Guyane, CEREGMIA

Dans la dernière édition mise en ligne de la revue Etudes Caribéennes, le n°24-25 (daté avril-août 2013) propose un dossier complet et comprenant diverses approches, consacré à l’épineuse problématique concernant les relations entre tourisme et pauvreté.

Un numéro important pour tenter de démêler les clichés, les fantasmes, mais aussi les recettes toutes faites, qui se cachent derrière l’industrie touristique supposée être, pour certains, la solution « miracle » pour lutter contre la pauvreté. Il n’en est rien, et ce numéro de la revue Etudes Caribéennes décrypte la situation à l’aide d’exemples concrets, tout en montrant la complexité de cette problématique, notamment selon les cas spécifiques étudiés.

Dans l’édito qui ouvre ce passionnant dossier, Olivier Dehoorne, Corina Tatar et Sopheap Theng, précisent que « la répartition des revenus du tourisme, la circulation internationale et la distribution finale des bénéfices doivent être considérées à l’échelle de tous les acteurs locaux, nationaux et internationaux qui interviennent dans le champ du tourisme« . Une réalité  qui, comme certains articles du numéro le montrent clairement, est très rarement vérifiable et même suivie des faits sur les territoires mis en tourisme… Le tourisme ne se laisse pas aisément dompter!

Un numéro à mettre entre toutes les mains des professionnels du tourisme si souvent persuadés du bien-fondé de leurs activités en matière de développement durable. Durable pour qui? Cela reste à préciser, et le sujet à creuser. En tout cas, cette riche livraison d’Etudes Caribéennes contribue à débroussailler un terrain de recherche laissé en friches… car davantage délaissé au profit des développeurs sans scrupules qu’aux analystes minutieux et critiques du système touristique. Mais les premiers ne s’accommodent guère de ces empêcheurs de développer en rond que sont les seconds… Le monde du tourisme n’avance pas non plus toujours très droit. C’est également pourquoi il faut lire ce numéro.

Pour consulter le sommaire et lire tous les articles de ce numéro: cliquez ICI

Publicités

Tourisme et culture au Groenland, quel avenir ?

Aude Créquy, anthropologue spécialiste du voyage et collaboratrice régulière à La croisée des routes, vient de publier chez L’Harmattan, dans la collection ‘Tourismes & Sociétés » :

IDENTITÉ, TOURISME ET INTERCULTURALITÉ AU GROENLAND
Aude Créquy

« Dans cet ouvrage, l’interculturalité entre hôtes et touristes a été étudiée à Ittoqqortoormiit lorsque les chasseurs deviennent guides et lorsque deux populations distinctes, les chasseurs inuit et les touristes occidentaux, se rencontrent. Le peuple inuit, à travers le tourisme, cherche à promouvoir sa culture et ses valeurs identitaires. Mais que devient l’identité lors d’une telle rencontre ? Quelles images sont véhiculées ? Et que retient-on de l’Autre après un voyage en Arctique ?« 

Un ouvrage à lire impérativement pour toutes celles et tous ceux qui s’intéressent, non seulement aux Inuit et au Groenland, mais aussi aux questions interculturelles, à la mondialisation touristique et au futur de tous les peuples autochtones.

Disponible chez L’Harmattan, collection « Tourismes & Sociétés », parution en février 2014.

Bientôt, à l’université de Grenoble, étudier et analyser le tourisme contemporain sans transiger avec la pensée dominante devient possible !

Ces dernières années, le tourisme est devenu un « champ » universitaire sur lequel il fait bon labourer dans le but d’intégrer, pour les plus fonceurs et prédateurs de ce secteur prometteur, une société libérale soucieuse de gérer des visiteurs, des vacanciers surtout, des voyageurs parfois, afin de mieux les guider sur les sentiers battus et surtout porteurs du tourisme…

Voici cependant une nouvelle manière d’aborder le tourisme – à l’université, ce qui a le mérite d’être relevé, tellement cela devient rare – où l’esprit critique de la touristification du monde en cours trouve toute sa place.

L’idée est d’observer et de réfléchir à un univers touristique global tel qu’il est réellement et non pas tel qu’on aimerait trop souvent qu’il soit. Un beau défi en perspective compte-tenu du difficile contexte actuel. Pour mieux comprendre le tourisme dans son essence, et donc peut-être aussi pour mieux le « développer », autrement bien évidemment… Un autre challenge à relever pour les étudiants et les enseignants qui avancent à contre-courant…

master tourisme innovation transition université grenoble

Cela se passe à l’Université de Grenoble, dans le cadre d’un Master spécialisé sur le tourisme, sous la houlette du géographe Philippe Bourdeau, également contributeur dans L’autre voie n°10 (2014) d’un bel article sur les relations entre tourisme et politique.

La plaquette explicative précise que « le parcours « Tourisme, innovation, transition » du Master 2 Innovation et territoire vous propose une approche critique, réflexive et prospective du champ récréatif. »

N’hésitez pas à consulter plus en détail la plaquette de cette nouvelle formation (Plaquette M2 TIT 2014) et de parler autour de vous de l’ouverture dès la rentrée 2014 de ce parcours « Tourisme innovation transition » du Master 2 Innovation & territoire (Université Grenoble-Alpes). Et bonne chance à cette nécessaire initiative, aussi bienvenue que fondamentale.

Contact : philippe.bourdeau@ujf-grenoble.fr
Candidature en ligne : http://www.ujf-grenoble.fr/formation/candidatures-et-inscriptions

A télécharger: Plaquette M2 TIT 2014

La réserve des Jarawa sur les îles Andaman en Inde transformée en « safari humain »

Andaman Trunk Road, un axe routier qui serpente en plein milieu de la réserve des Jarawa. Une voie pavée de mauvaises intentions devenue infernale en raison des visiteurs attirés par un morbide safari humain, arrivés jusque dans cet archipel reculé pour mater sinon ressentir le dernier souffle d’un peuple en proie à un ethnocide touristiquement organisé.

Il existe donc bien des routes qu’il vaudrait mieux ne jamais emprunter, sinon pour témoigner de l’agonie d’autochtones réduits à l’état de bêtes de cirque pour vacanciers voyeurs.

Ce dont rend justement compte ce court reportage qui nous immisce au coeur de la prédation exotique, touristique mais également commerciale. Mobilité d’un monde en perdition oblige, le safari humain a bel et bien remplacé le zoo humain d’antan. Pas sûr que les humains survivants gagnent ainsi au change.

Ce reportage a été produit avec l’aide de l’ONG Survival International. Soutenez leur campagne de protection des Jarawa, ici  

« Du voyage et des hommes » de Franck Michel vient de paraître

« Le voyage commence là où s’arrêtent nos certitudes. » – Franck Michel

À quoi cela sert-il de courir le monde, surtout si c’est pour le parcourir de la même façon qu’on se rend au travail ou à un dîner en ville ? Le voyage n’est-il pas l’opportunité tant attendue de se préparer à l’inattendu et à lui octroyer une place de choix si d’aventure il se trouvait sur notre chemin ?

Qu’il nous soit permis ici une parenthèse d’autopromotion. Le temps de vous annoncer la parution récente aux éditions Livres du monde du livre « Du voyage et des hommes » de Franck Michel, anthropologue, auteur de livres sur les thèmes du voyage, du tourisme, du nomadisme et de la route, ainsi que sur les cultures asiatiques, et par ailleurs, co-fondateur et l’un des piliers de La croisée des routes.

LDM_DuVoyageEtDesHommes_communique

Feuilleter les premières pages du livre, ici

« En espérant qu’à la lecture de ces pages sur l’ailleurs et sur le désir qui nous y guide, toutes et tous s’y retrouveront quelque part et, peut-être, y verront comme une invitation au voyage, un voyage qui soit tout à la fois authentique et passionnel, riche et imprévu. Une découverte qui côtoie inévitablement l’inconnu, passage obligé pour quitter l’univers de la peur, si savamment entretenu par nos médias et nos dirigeants, qui tend à gangréner nos existences actuelles, et pour construire d’indispensables ponts qui relient les hommes et les cultures. Car l’initiation au voyage emprunte toujours d’étranges chemins de traverse qui ne ressemblent en rien à une voie toute tracée. Sans quoi le pas vers l’autre ne se résumerait qu’à une banale mascarade où se dévoilerait, hélas, notre incapacité si grande à comprendre nos « non semblables ». Ici même ou là-bas, chez nous comme chez eux, chez tout le monde en définitive.

Le voyage commence une fois fermée la porte de son appartement, une fois franchi le seuil qui ouvre sur le fameux et prometteur « Dehors », qu’il soit grand ou petit. Le voyage dans le monde, comme le paradis sur terre s’il en est, nécessite finalement autant sinon plus d’efforts de soi que de droits sur les autres, de volonté et d’envie de saisir le réel environnant que de désirs et de besoins de plaisirs faciles, trop rassurants et trop confortables. Fruit d’un long cheminement qui ne se réduit pas seulement à une addition kilométrique, le voyage, parce qu’il reflète la vie et se montre exigeant, se cherche, se dissimule, se laisse désirer, et dériver, puis surtout, il se mérite, tout en se suffisant à lui-même. » – Franck Michel

4ème de couverture :
Dans cet essai d’anthropologie des voyages, Franck Michel rassemble 25 années de travaux et propose 20 chapitres très documentés et actualisés sur ses thèmes de prédilection : les rites, les mythes, l’Asie, le tourisme, les écrits du voyage, l’aventure, l’écologie, l’exotisme, l’ailleurs, l’autre, la culture, la liberté… Avec pertinence, intelligence et humour, il pose aussi des questions qui intéressent tous les voyageurs – et les voyageuses – que nous sommes. Du voyage et des hommes est une somme sur le voyage, de ses traditions à ses mutations les plus récentes.

Franck Michel est anthropologue. Il partage sa vie entre la France et l’Indonésie. Il travaille et écrit sur les thèmes du voyage, du tourisme, du nomadisme et de la route, ainsi que sur les cultures asiatiques. Il est l’auteur, notamment, de « Routes. Éloge de l’autonomadie. Une anthropologie du voyage, du nomadisme et de l’autonomie » (2009) et de « Voyages pluriels. Échanges et mélanges » (2011).

Nous y en a être touristes…

Les vacances sont terminées, l’heure du travail a sonné et le temps du bilan des congés est venu… avec Fluide Glacial ! Petit détour avec le numéro de juillet 2013 de ce salutaire magazine satirique, avec une couverture autour du couple Bidochon de Binet, tous les deux en grande forme pour la haute saison !

touriste-fluide

Et puis quelques déroutes franchouillardes dans les tristes tropiques de notre planète turbulente mais encore visitable, à l’aide d’illustrations qui sont autant de clichés d’une dure réalité touristique…     (F.M. | La croisée des routes)

F4w F3w(illustrations de Jampur Fraize, DR auteur et Fluide Glacial, numéro été 2013)

Nous ne saurions que trop vous conseiller la lecture, notamment, de l’article « Les dix commandements d’un touriste français à l’étranger » de Bruno Leandri, illustré par Jampur Fraize paru dans « Fluide Glacial », été 2013.

F1w

Site de Fluide Glacial