Archives du mot-clé littérature

Festival Etonnants Voyageurs 2013 | Saint-Malo

Trois jours en mode turbo, comme d’habitude. Intenses et riches en découvertes. Passées en un coup de vent. Frisquet cette année 🙂

Velibor Čolić, écrivain, et Nick Barley, directeur Edinburgh International Book Festival | Saint-Malo,
Dimanche 19 mai 2013 (photo : alain walther)

Velibor Čolić, écrivain, et Nick Barley, directeur Edinburgh International Book Festival | Saint-Malo,
Dimanche 19 mai 2013 (photo : alain walther)

« Croire en la littérature ! »

Un des moments forts du festival Etonnants Voyageurs 2013. Dimanche 20 mai 2013 au Palais du Grand Large à Saint-Malo. Dans le cadre de « l’Edinburgh world writers conference 2012/2013 » / Année mondiale de la littérature.

« Vous pouvez tuer toutes les hirondelles, vous n’empêcherez pas le Printemps d’arriver »

Velibor Čolić – extrait de « Le chant des guerriers – La littérature nationale », sa contribution pour le débat « Y a-t-il une littérature nationale ? »

Lire le texte en anglais (en attendant la traduction française) 

Publicités

«Entre parole et silence. Haïkus» de Georges Bogey. Calligraphies : Eiji Kikuchi

« Perdu dans la brume

la fumée du feu qu’on sent

nous montre la voie »

Extrait de «Entre parole et silence. Haïkus» de Georges Bogey (éditions l’Astronome). Calligraphies : Eiji Kikuchi

Lire un extrait du recueil (PDF)

Le haïku n’exprime aucune pensée, aucun sentiment. Il n’interprète pas, il révèle. La valeur poétique du haïku se tient autant dans ce qu’il dit que dans ce qu’il tait. Il appréhende la forêt autant par les arbres qui la composent que par les lacis des espaces entre eux, la terre autant par sa matière grumeleuse que par les entrelacs des vaisseaux qui permettent la circulation de l’air et de l’eau en elle.

Ne taisant rien de ce qu’il dit, ne cachant rien de ce qu’il montre, le haïku laisse néanmoins au lecteur le soin de percevoir ce qui ne• 60 • peut être montré, de lire ce qui ne peut être écrit. Paradoxalement, c’est parce qu’il ne dit que ce qu’il perçoit de ce qui est et de ce qu’il y a, que le haïku embrasse la totalité de ce qui est et de ce qu’il y a, et qu’en définitive, il nous enracine au cœur même de la vie. Disant l’Un, il dit le Tout.

Chacun sait bien que ce qui est et ce qu’il y a, jamais ne se révèlent en totalité, jamais ne peuvent être ni étreints ni même atteints, ou alors, comme on étreint un mirage ou atteint un horizon. Chacun sait bien, en définitive, que la réalité est invisible et la vérité indicible.

Cet espace intangible, sans espoir ni fin, est celui de toute recherche poétique. Le haïku, vérité d’une parole qui se livre accepte d’être délivré de son vœu de silence pour un autre silence.

Que la parole soit vaine et le silence stérile ou que la parole soit féconde et la parole fertile, le haïku se situe toujours entre la parole et le silence.

(Georges Bogey)

Rappel : Georges Bogey sera l’invité de “La croisée des routes”, au côté de Lionel Bedin, mardi 7 mai 2013 à 17h au Café “Les savons d’Hélène” à Strasbourg.

Georges Bogey, écrivain, invité de la première rencontre à La croisée des routes

georges bogey la croisee des routes 01

GeorgesBogey-maisoncaméléons“A ceux qui, narquois ou éplorés, me disent que je veux déplacer les montagnes, je réponds que, si tout homme de bonne volonté déplaçait une ou deux poignées de cailloux, les sommets de la misère auraient du souci à se faire.”  (Georges Bogey, extrait de La maison des caméléons, éd. Livres du monde.)

Ecrivain, infatigable promeneur dans les Alpes et voyageur immobile curieux des cultures asiatiques, Georges Bogey la connaît bien. Choisissant toujours les routes et chemins qui le mènent au plus près des hommes et des femmes qui se tiennent debout. Que ce soit en Haute-Savoie où il vit, ou son intérêt pour le Cambodge, le Japon ou les Philippines.

La Maison des Caméléons, le nouveau récit de Georges Bogey qui vient de paraître, commence dans une “montagne fumante” des Philippines. Il raconte l’enfance maltraitée, la misère, mais aussi l’espoir, le don, les initiatives de personnes qui agissent envers et contre tout.

Ce récit est notamment un hommage à l’association humanitaire Caméléon et à son travail aux Philippines. (www.cameleon-association.org)

Nous vous convions cordialement à participer au premier rendez-vous à La croisée des routes, mardi 7 mai à 17h au café Les savons d’Hélène à Strasbourg (entrée libre).

Georges Bogey sera accompagné par Lionel Bedin, éditeur et auteurde Un livre dans le sac à dos et co-auteur de Sur la route bleue avec Sylvain Tesson.

Avec sa maison d’édition Livres du monde Lionel Bedin construit patiemment une bibliothèque idéale de voyage. La littérature de voyage a pour ambition de décrire le monde, ses lieux, ses habitants, ses moeurs, ses cultures, mais aussi de parler de l’intime, de l’auteur, de soi. Tous les voyages sont différents.

Lionel Bedin éditeur et auteur, notamment, d’Un livre dans le sac à dos. 70 livres pour voyager

Lionel Bedin croisée routes livres sac a dos

Des Routes de la Soie à l’Alpe romantique, partez à la découverte des livres et des écrivains, parcourez le monde, et vérifiez que dans “littérature de voyage” il y a bien le mot “littérature”.

Blaise Cendrars et Jack London, Chateaubriand et Victor Hugo, Ella Maillart et Anne Brunswic, David Fauquemberg et Christophe Cousin sont au sommaire. Et bien d’autres.

Nous vous invitons à rencontrer Lionel Bedin, mardi 7 mai 2013 à 17h au Café Les savons d’Hélène à Strasbourg (entrée libre). Ce premier rendez-vous de La croisée des routes sera l’occasion de porter un coup de projecteur notamment ce passeur de littérature de voyage. Auteur (Un Livre dans le sac à dos, Sur la route bleue co-écrit avec Sylvain Tesson), créateur de sites (www.ecrivains-voyageurs.net et www.laroutebleue.net) et éditeur.

Toujours pour “dire et voir le monde”, il crée en février 2010, à Annecy, une maison d’édition www.livresdumonde.net pour publier les Bouvier, Maillart et Cendrars d’aujourd’hui et de demain… Au moins, dit-il, “pour ne pas regretter de ne pas l’avoir fait…” Au mieux : pour partager le plaisir de la littérature avec un public curieux, ou passionné.

Lors de cette rencontre, Lionel Bedin sera accompagné par Georges Bogey, écrivain, infatigable promeneur dans les Alpes et voyageur immobile curieux des cultures asiatiques.